Partagez | 
 

 le ridicule ne tue pas (?) ♦ MHxLR

Aller en bas 
AuteurMessage
Etudiant de Cornell
avatar
Etudiant de Cornell
A Ithaca depuis le : 13/03/2018 j'ai pour l'instant : 333 points, et déjà, j'ai envoyé : 123
Voir le profil de l'utilisateur
http://ohmycornell.forumactif.com/t227-i-m-in-love-with-a-coco-m
Dim 8 Avr - 16:54

Louka & Malvyn
Il y a des jours comme ça, où on est touché par la grâce de Dieu, quel qu’il soit. Des jours illuminés par une extrême clairvoyance et une inspiration telle que l’on pourrait écrire 5 tomes passionnants sur l’incroyable aventure d’une fourmi. Qui finit par mourir écraser par le pied d’un incommensurable bâtard au tome 5 mais passons. Oui, j’étais un grand adepte des fins malheureuses, elles avaient beaucoup plus de classes. Mais les fins malheureuses ne sont pas le sujet qui m’amène aujourd’hui. Quoique… tout dépend du point de vue.
Bref.
Je fus donc toucher par la grâce de Dieu. Coïncidence fortuite : un rayon de lumière passa sur mon visage au même moment. On se croirait dans un des films Disney alacon où le héros trouve le moyen de sauver sa douce des griffes des méchants pas beaux. Bien que là, tout de suite, ce ne fût pas une idée de sauvetage qui me vint à l’esprit, mais plutôt une idée pour mettre quelqu’un dans la mouise. Tu sais ce que c’est, la mouise, cher lecteur ? C’est être dans le caca, la merde, le fumier de vache trois fois trentenaires shootée à la marijuana. Je couchais mon idée sur le premier bout de papier que je trouvais : c’était une feuille de cigarette. Il me fut quelque peu laborieux d’écrire quelque chose de compréhensible, mais j’étais tout de même fier de mon résultat.
Quoique… le doute me prit. Finalement, ce n’était pas si merdouillant que je l’espérais. Enfin, dépend du point de vu j’imagine. De mon point de vue – qui était certainement le meilleur qui soit – je me dis que j’aurais pu trouver mieux. Je réfléchissais, le nez levé vers le plafond de ma salle de classe. Je restais ainsi un bon moment, jusqu’à ce que je reçoive un morceau de craie en pleine tronche, me faisant sursauter si fort que j’en lâchais mon stylo et mon bout de papier. « Puisque mon cours ne semble pas vous intéresser monsieur Hoffman, vous êtes prié de sortir, » dit le professeur d’une voix qui se voulait calme mais dont on sentait l’énervement sous-jacent. « Bien sûr professeur ! » Je répondis plein d’entrain, le tout agrémenté d’un joli sourire pour bien faire chier le professeur. Je le vis serrer la mâchoire, se retenant certainement de perdre ses moyens devant le reste de sa classe. Je me levais, pris mes quelques affaires, récupérais la feuille de tabac qui avait voleté plus loin au passage, pour enfin sortir de classe la tête haute, presque comme si dans ce duel entre moi et le professeur, c’était moi qui avait gagné. Je me serais presque attendu à des applaudissements et à une haie d’honneur, mais je me contenterai du regard courroucé du professeur et de quelques regards admiratifs des élèves sur mon passage.
J’étais un Dieu.
Oh, je devrais faire attention, sinon mes chevilles ne réussiront pas à soutenir mon incommensurable grosse tête.
J’étais un demi Dieu.
Ouais, c’était mieux comme ça.

Je me posais tout naturellement à l’atrium café, nonchalamment assis sur une table dans un coin stratégique de la salle. Je pouvais observer tout ce beau monde, un café dans la main et mon petit papier dans l’autre. Mes yeux parcouraient la salle tel un félin guettant sa proie dans la savane profonde.
Je le vis enfin. Il était assis avec quelques amis à une table non loin. Il discutait, ne se doutant pas de ce qui allait lui arriver d’ici quelques minutes. Ou plutôt, de ce qu’il devrait faire dans quelques minutes. Je me levais aussitôt avec la souplesse d’un chat (miaaawou), retenant tant bien que mal un rire. Seul un large sourire mi-narquois mi-amusé était témoin de mes émotions intérieures. Je marchais d’un pas ferme et décidé dans sa direction. Ne pas courir, ne pas courir, ne pas courir. Bien que ce soit tentant, je me devais d’avoir l’air un minimum calme. Quand même, je n’étais pas seul dans la salle !
J’arrivais à la hauteur de Louka. J’ignorais totalement et éperdument ses amis pour lui donner le bout de papier. J’attendis qu’il l’eut prit, et sans un mot je repartis d’où je venais, impatient de voir ce qu’il avait l’intention de faire.

Cap ou pas cap de pisser sur la table en chantant It’s raining men ?
(sur le bout de papier)
“La véritable grandeur d'un homme ne se mesure pas à des moments où il est à son aise, mais lorsqu'il traverse une période de controverses et de défis.” (@Martin Luther King)
Cap ?


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
le ridicule ne tue pas (?) ♦ MHxLR
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» guide TV Bbox au limite du ridicule ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oh my Cornell ::  :: General campus.-
Sauter vers:  
La deuxième version de OMC a vu le jour le 07/04/2018, nous remercions d’ailleurs ascalon pour son merveilleux travaille. Nous félicitons Malyvn et Eleanor pour leur rang de membre du mois, vous faites partie des vieux faut assumer maintenant. Plusieurs choses ont été mises en place pour la deuxième version, pour voire ça, il suffit de vous rendre ici.