Partagez | 
 

 Jeux dangereux (Charlio #1)

Aller en bas 
AuteurMessage
Habitant d'Ithaca
avatar
Habitant d'Ithaca
A Ithaca depuis le : 20/03/2018 j'ai pour l'instant : 140 points, et déjà, j'ai envoyé : 50
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 30 Mar - 14:15

« Vous me rendrez la copie vendredi prochain. J’attends une rédaction détaillée, précise du sujet que vous choisirez. Et surprenez-moi. » Je lance alors que la sonnerie annonçant la fin du cours retentit. Je referme mon ordinateur en laissant la plupart des étudiants sortir. C’était la fin de la journée, et la plupart rentraient chez eux. Je n’allais pas tarder de faire la même chose, mais je devais préparer le cours de demain pour une autre classe, et me connaissant il vaut mieux que je le prépare de suite. Si je rentre chez moi je sais que j’aurais besoin de décompresser et que je m’y mettrais bien trop tard. Je n’avais pas grand chose à faire, mais me connaissant, j’allais être pointilleux. Je ne laissais jamais rien au hasard. Et dans tout les domaines qui régissent ma vie.

Comme toujours je reste disponible à la fin du cours pour mes élèves. La plupart viennent me poser des questions sur le sujet qu’ils doivent me rendre d’ici peu. Je tente de leur donner des conseils adaptés au sujet, sans non plus leur facilité le travail, ce n’était pas vraiment le but non plus. J’adorais ces échanges, qui faisait partie intégrante de mon travail ; La transmission, l’apprentissage c’est ainsi que je voyais mon travail. Je me concentrais uniquement sur le côté professionnel, essayant de ne plus penser à tout ce qui s’est passé avant que je ne débarque ici. Je ne voulais pas commettre la même erreur, laissait le doute planer. Pourtant j’en prenais le même chemin, consciemment cette fois-ci. Je le sais et pourtant je ne peux pas faire autrement que de poser mes yeux sur ta silhouette. Je sais que si je croise ton regard, c’en est fini de mon cœur. Je sais néanmoins ton regard et je remarque que tu ranges tes affaires, étrangement j’ai mon cœur qui se calme instantanément.

Le plus gros des étudiants quittent la salle alors que tu es encore là, presque dans les derniers à partir et je remarque que tu te rapproches de moi, comme à chaque fois que tu étais dans mon cours. Heureusement on se croisait à peine dans les couloirs, ce qui évite les dérapages qui ne tarderait pas à arriver si je ne faisais pas attention. C’était une vigilance de chaque instant. Je te fais face avec u mince sourire, parfaitement conscient que le jeu dangereux entre nous commence à s’installer. Mais j’avais décidé de ne pas entamer les hostilités, misant sur le fait que tu allais les commencer, toi. Je me cache derrière mon rôle de professeur. « Oui monsieur Martinez ? » Je hausse un sourcil, curieux et le palpitant qui bat furieusement.
Revenir en haut Aller en bas
Administrateur sadique
avatar
Administrateur sadique
A Ithaca depuis le : 12/03/2018 j'ai pour l'instant : 0 points, et déjà, j'ai envoyé : 136
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 31 Mar - 21:41

Etrangement, mon cours de dessin est celui que je préfère. Pourquoi ? Peut-être parce que mon professeur est extrêmement plaisant à regarder et, qu’en plus, un jeu assez malsain s’est installé entre nous. Oh, jouer est une chose que j’adore faire. La preuve en est, je ne fais que ça. Je joue, je charme, je m’amuse, jamais je ne me pose mais, pourtant, je n’avais jamais joué ainsi avec un professeur et encore moins un mec…ouai, un mec. J’avoue que, d’une certaine façon, le corps masculin ne m’a jamais rebuté. Néanmoins, je n’avais jamais craqué pour un garçon, je n’avais jamais passé le cap avec un mec, simplement parce que je n’avais jamais trouvé le mec avec qui faire cette première fois. Du coup, il est évident que je m’amuse clairement de la situation, me disant que d’une certaine façon, jamais ça n’ira plus loin…j’avoue avoir déjà pas mal fantasmé sur monsieur McKinley, mais ça restait des fantasmes. Laissant mon crayon glisser le long de ma feuille, je dessine comme souvent, soit des enfants, des portraits ou encore des paysages. C’est un peu ma zone de confort, c’est ce qui m’inspire le plus, surtout les gosses…je suis un amoureux des mioches.

Jetant quelques fois des coups d’œil à mon sexy professeur, je suis dans le regret de constater qu’il ne croise pas une seule fois mon regard. Merde, il le fait exprès ? Peut-être, sauf qu’il devrait le savoir, je ne me laisse pas démonter aussi rapidement. Puis, vu les récents événements dans ma vie, j’ai vraiment besoin de penser à autre chose. Lorsque la fin du cours sonne, je laisse les autres se presser pour sortir, certains allant déjà vers le professeur McKinley pour avoir quelques conseils, quelques avis. Personnellement, je prends vraiment mon temps, traînant pour être dans les derniers. Lorsqu’il ne reste plus que moi et un autre élève, je m’avance enfin vers mon professeur, un léger sourire aux lèvres. Le jeu, il a commencé dès lors que nos regards se sont croisés…Merde, ce con a vraiment un regard à faire tomber les gens comme des mouches, plus sexy c’est impossible et même moi je le reconnais amplement. Me stoppant juste devant son bureau, je souris lorsqu’il fait genre de me demander ce que je veux. Oh, mais il ne va pas être déçus, j’ai déjà prévu le commencement de notre petit jeu et j’ai hâte de commencer.

« Désolé de vous déranger monsieur McKinley, mais, je me demandais…pour le travail, peut-on dessiner du nu ? Je trouve que c’est bien plus intéressant, j’ai une connaissance qui serait ravi de poser pour moi, sans vêtements j’entends bien. » J’avais bien insisté sur le fait que je parlais d’un garçon et pas d’une fille…
Revenir en haut Aller en bas
Habitant d'Ithaca
avatar
Habitant d'Ithaca
A Ithaca depuis le : 20/03/2018 j'ai pour l'instant : 140 points, et déjà, j'ai envoyé : 50
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 8 Avr - 15:01

J’adorais mêler mon art à l’apprentissage, mais également à d’autres matières comme la littérature ou d’autres. J’appréciais que mes étudiants se montrent curieux et ne s’arrête pas seulement à leur spécialité. Je n’étais pas ce professeur qui partait dès que le cours été terminé et qui laissait ses élèves se démerder. Je m’investissais corps et âmes, enfin surtout âme, pour la réussite de chacun, je m’investissais aussi personnellement, prenant le temps d’écouter chacun si je le peux. Je ne forçais jamais personne à venir se confier à moi quand quelque chose n’allait pas dans l’université. Je voulais simplement instaurer un climat de confiance. Mais je me suis simplement fait prendre à mon propre jeu à force de paraître amical avec chacun. Je n’aurais pas dû poser mes yeux sur cet étudiant aux yeux si bleus que je pourrais m’y noyer. Et ce regard agrémentait bien trop souvent mes rêves pour que je l’oublie. Pourtant je tente de respecter à la lettre ce que je me suis donné comme consigne quand on m’a évincé de l’ancienne université. Mais on dit que l’attirance ne se contrôle pas, et je commence sérieusement à y croire.

Alors j’avais décidé de t’ignorer superbement. Ce qui n’était pas chose aisée quand je sens constamment ton regard sur moi, sur mon corps. Tu sembles d’entêter à me regarder et je me force à continuer mon cours comme si de rien n’était. Je ne pouvais rien laisser transparaître envers les autres étudiants. Par contre je ne garantit rien si jamais tu m’abordes, mais j’avais un mince espoir que tu ne m’abordes pas aujourd’hui. La fin du cours sonne et c’était presque le moment décisif. Je remarque que tu prends ton temps pour ranger tes affaires. Je sais déjà ce que ça veut dire, et je m’y résigne sans trop de mal. Je donne les réponses aux étudiants qui me posent les réponses. Ils finissent tous par partir. Tous sauf un. Je hausse un sourcil alors que tu t’approches de moi, je ne peux plus reculer. Je tente d’afficher un air détendu, avec un sourire en coin. Je croise mes bras, maigre tentative de mécanisme de défense contre l’attirance que j’ai. Mais c’est un combat perdu d’avance. Mais je ne craquerais pas le premier, je me le promets.

Tu finis par m’interroger sur le travail que tu dois rendre. Je manque de m’étrangler quand tu évoques le nu. Tu semblais prendre de plus en plus tes aises. Pour mon plus grand plaisir, ou pas. « Tant que ça colle au thème et que ça reste dans la décence, je n’y vois pas d’inconvénient. » Je hausse un sourcil avec un sourire en coin. « Surprenez-moi Monsieur Martinez, c'est tout ce que je demande. »
Revenir en haut Aller en bas
@ Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
Jeux dangereux (Charlio #1)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ejayremy : nouveau partenaire jeux videos
» Des jeux en ligne qui prend 5 min
» Jeux qui ne veut pas demarrer (résolu )
» Projet jeux
» Quel jeux préféré vous dans les Jeux olympiques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oh my Cornell ::  :: West Area :: Amphithéâtre d'art et d'archi'-
Sauter vers:  
La deuxième version de OMC a vu le jour le 07/04/2018, nous remercions d’ailleurs ascalon pour son merveilleux travaille. Nous félicitons Malyvn et Eleanor pour leur rang de membre du mois, vous faites partie des vieux faut assumer maintenant. Plusieurs choses ont été mises en place pour la deuxième version, pour voire ça, il suffit de vous rendre ici.