Partagez | 
 

 (Salomé) Un frère est un ami donné par nature

Aller en bas 
AuteurMessage
Etudiant de Cornell
avatar
Etudiant de Cornell
A Ithaca depuis le : 11/03/2018 j'ai pour l'instant : 0 points, et déjà, j'ai envoyé : 81
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Mar - 20:41

Gamine  qui dort encore, elle a raté les cours, en même temps elle avait pas envie d'y aller. Le réveil avait pas sonné,elle sait plus si elle l'avait mis en route ou pas, elle sait plus, elle sait plus rien la gamine, perdue totalement perdue dans l'obscurité de sa chambre d'étudiante. Plus de colocataire il est si tard que cela? Alors la même, elle se lève en soupirant les cheveux en l'air, et les jambes qui tremblent. Elle attrape son portable, merde il est si tard que ca ? Alors elle tape un texto pour son frère, besoin de le voir, besoin de lui parler. Elle repose son téléphone, va prendre une douche pour se changer les idées, elle à besoin de sentir l'eau sur la douche. Alors pour la première fois depuis le viol, elle pleure, laissant les larmes couler sur ses joue, elle pleure cognant du poing contre le mur. Môme perdue, môme voulant tout casser. La voilà enfin propre enfin façon de parler, car elle se sent sale depuis ce viol, elle se sent crade. Alors elle sort, traînant des pieds, elle enfile un jogging et un débardeur. Laissant ses cheveux mouillés. Elle espère que son frère vient boire un café avec elle. Elle sort doucement, lunette sur le nez, la voilà qui va vers le starbuck. Elle prend une table avant de commander , soupirant. Enfin son frère arrive alors elle se lève et lui saute au cou "Merci". Elle le lâche enfin "C'est moi qui offre ce matin, tu veux quoi?". Elle à envie de lui dire les choses mais rien ne sort, alors fait un sourire. Et va faire la queue avec lui "Comment tu vas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Administrateur sadique
avatar
Administrateur sadique
A Ithaca depuis le : 01/03/2018 j'ai pour l'instant : 33 points, et déjà, j'ai envoyé : 296
Voir le profil de l'utilisateur
http://ohmycornell.forumactif.com/t38-monsieur-o-sullivan-o-
Lun 12 Mar - 23:31

Aujourd’hui, j’ai pas cours, j’ai traîné Brandon sous les couvertures, l’obligeant à rester avec moi, à profiter de ce moment où les autres seraient enfermés. J’ai besoin de l’avoir un peu contre moi, de cesser nos disputes, nos engueulades. Pourtant, il est distant, je le sens bien. Ça me tue, ça me brûle de l’intérieur. Ses caresses sont légères mais pas douces, ses baisers sont assez mystérieux et tendus. Il me cache quelque chose, je ne sais pas quoi, mais c’est en train de détruire notre couple. J’ai peur…ouai, j’ai peur qu’il me quitte. Putain, ce con ne réalise même pas à quel point je tiens à lui, à quel point cette situation est en train de me bouffer. Mon téléphone vibre, annonçant un message et je m’empresse de l’attraper, trop heureux que mon esprit soit détourné de Brandon qui lui, regarde distraitement la télévision. Juliette. Elle a besoin de me voire, de me parler. Je ne réfléchis pas, je saute hors du lit et m’excuse auprès de mon meilleur ami et petit ami, une double fonction. Je l’embrasse rapidement, distraitement alors que je sors de la chambre en soupirant. Un simple jeans, un haut blanc assez proche du corps et des lunettes de soleil. Quelque chose de simple et de classe en-même temps. Pour moi, les apparences sont importantes, ce n’est pas nouveau. Me retrouvant au starbuck, je vois ma cadette se lever et me sauter au cou, réaction que je connais que trop bien. La serrant un peu plus contre moi, je souris tendrement. « Merci de quoi ? Tu sais que je serais toujours là non ? » Je tente de la rassurer, de lui faire comprendre qu’elle peut me parler sans craindre un retour de bâton. Je me positionne dans la file tout en observant la liste des cafés vendus dans cet établissement. « Hm…un truc bien corsé, j’en ai besoin… » Chose qui n’annonce rien de bon sur mon humeur, mais je m’en balance. Tournant la tête vers Juliette, je plonge mon regard de grand frère protecteur dans le sien. « ça peut aller, je suis fatigué. Et toi ? Et ne me dis pas que tu vas bien, tu as une tronche à faire peur. » Dis-je en dégageant ses cheveux blonds de son visage, souriant presque tendrement, d’une façon inquiétante.
Revenir en haut Aller en bas
Etudiant de Cornell
avatar
Etudiant de Cornell
A Ithaca depuis le : 11/03/2018 j'ai pour l'instant : 0 points, et déjà, j'ai envoyé : 81
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Mar - 0:00

Gamine qui regarde les gens qui rentrent dans le café, sans vraiment les voir, elle regarde d'un oeil, se moquant intérieurement des gens, car oui cela lui fait du bien. Pourtant la même elle est pas méchante loin de là, malgré les rumeurs. Elle regarde pour penser à autre chose, elle regarde pour se changer les idées et voilà que son sauveur arrive, son grand frère. Le seul avec qui elle s'entend bien, le seul à qui elle confie beaucoup de chose. Enfin malheureusement pas tout, si seulement elle pouvait mettre des mots sur sa souffrances, mettre un seul mot. Dire les choses pour les expulser. Mais voilà, sa langue ne se délie pas et la chose reste coincée dans sa gorge. Elle lui saute dessus comme un lion qui saute sur un gazelle, son frère elle l'aime "Merci d'être venu aussi vite, merci d'être toi". Gamine qui rigole, un rire sincère enfin elle l’espère, car elle ne rigole plus vraiment depuis quelques temps, elle ne pleur même pas, non elle avance dans la vie comme un zombie. Enfin c'est à eux, elle regarde le serveur. Commande deux café bien serrés, avec deux petits gâteaux et retourne s’asseoir avec son frère. Elle essaye de sourire la môme, elle sourit mais c'est un rictus affreux qui s'affiche sur son visage, un sourire qui pourrait ressembler à celui du joker "Si mon frère commande quelque chose de corsé c'est que cela ne va pas ! Alors raconte tout à la meilleure des Sullivan". Gamine qui trouve toujours quelque chose pour ne pas parler d'elle. La blonde trouve toujours un mot pour s'enfuir, pour ne pas raconter sa vie. Elle se recule doucement quand il attrape sa mèche, simple réflexe, réflexe de peur, réflexe qui dévoile beaucoup trop de chose d'elle même "Je ne dors plus beaucoup en ce moment, beaucoup de boulot". Premier mensonge, premier gros mensonge de la journée. Elle s'en veut de mentir à son frère, elle s'en veut mais la môme elle peut pas faire autrement pour le moment. Elle attrape son gobelet pour boire une gorgée avant de le reposer en face d'elle, même le café ne la rend plus heureuse
Revenir en haut Aller en bas
Administrateur sadique
avatar
Administrateur sadique
A Ithaca depuis le : 01/03/2018 j'ai pour l'instant : 33 points, et déjà, j'ai envoyé : 296
Voir le profil de l'utilisateur
http://ohmycornell.forumactif.com/t38-monsieur-o-sullivan-o-
Mar 13 Mar - 21:16

Ses mots sont comme un signale d’alarme, elle ne va pas bien, je le sais, je le sens. Trop d’années passées à ses côtés. Je ne suis pas stupide, je ne suis pas dupe…peut-être trop braqué sur mes propres problèmes à l’heure actuelle, mais qu’importe, ma famille passe avant toutes choses. Je fronce les sourcils, j’ai l’esprit qui carbure, le cerveau en ébullition. Je cherche à comprendre, à trouver une faille que je n’aurais potentiellement pas pu voire plus tôt. Rien. « Juliette…ça va ? » Murmure doux et tendre et pourtant inquiet. Les paroles d’un grand-frère envers sa petite sœur qu’il protégera contre vents et marrés si nécessaire, elle devrait le savoir, j’ai toujours été ainsi. Trop protecteur, souvent trop oppressant. Les miens sont ma famille, mon roc, et je me dois de protéger mes sœurs et mon petit frère. Je prends mon café et je la suis sans jamais la quitter des yeux, ôtant ma veste que je dépose sur la chaise, je vois ce rictus qui me donne davantage de raisons de m’inquiéter, de soupçonner un problème. Elle évite, elle contourne le souci, s’attaquant à mes propres soucis. Elle est comme moi, elle jongle, elle enfuit les problèmes pour se focaliser sur ceux des autres. Non, ça ne fonctionnera pas, je suis plus doué qu’elle à ce petit jeu. « Tu ne m’auras pas de cette façon Juliette, tu devrais le savoir depuis le temps. » Dis-je en ricanant, sournois, j’évite moi-même mes propres emmerdes. Ma sœur ne sait pas, je refuse d’avouer que j’aime les hommes, non, que j’aime un homme en particulier. Je ne sais pas trop pourquoi…peut-être aies-je peur du regard que ma famille portera sur moi après ça… Portant mon propre café à mes lèvres, elle me lâche une excuse à deux balles. Le sommeil. Je sais que trop bien que Juliette fait des cauchemars, qu’elle ne dort pas bien. Souvent, elle vient se réfugier dans ma chambre lorsque les choses ne vont pas, dans ces moments-là, je ne pose pas de questions et je la laisse se réfugier contre moi. « Boulot ou cauchemars ? Tu ne penses pas que tu devrais faire quelque chose pour ça Juliette ? » Je ne sais pas ce qui cause ses tourments, j’aimerais qu’elle se confie à moi, qu’elle me dise ce qui ne va pas. Mais je ne la brusque pas, ne la force pas, comment oserais-je le faire alors que je suis pareil ?
Revenir en haut Aller en bas
Etudiant de Cornell
avatar
Etudiant de Cornell
A Ithaca depuis le : 11/03/2018 j'ai pour l'instant : 0 points, et déjà, j'ai envoyé : 81
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Mar - 14:18

Elle savait pourtant qu'elle ne devait pas le voir, pas en ce moment. Car il savait quand la môme n'allait pas bien, il savait qu'en ce moment c'était pas cela. Alors oui elle aurait du boire ce café toute seule, toute seule à cette minable table, toute seule au milieu du bruit et du chaos de ce café tout aussi minable. Alors doucement ses yeux se lèvent vers son frère "Oui ca va et toi?" Deuxième mensonge, mensonge minable. Elle pourrait tout lui dire, lui dire les choses pour que cela ne soient plus un secret, mais non elle se tait, se morfond seule dans son malheur. Oui elle pleure le soir, quand la nuit tombe enfin et que ses colocataires ne voient pas ses larmes, oui elle hurle aussi quand elle est seule dans sa chambre musique à fond pour ne pas qu'on puisse l'entendre. Oui elle en à marre de cacher cela, elle en à tellement marre mais dire les choses seraient pire quand. Sourire sur le visage, elle sait qu'il est comme elle, mais au moins elle aurait essayer. Son gobelet aux lèvres, elle finit sa boissons "Je reviens". Besoin d'espace, elle recommande deux café, un pour elle et un pour son frère, pas grave si il a pas encore terminé l'autre. Elle revient s'assoir et regarde son frère "Surtout des cauchemars tu as raison, faire quelque chose ?". Si elle pourrait revenir en arrière, revenir à ce fameux soir, ne pas rester dans la salle et partir avec ses amis "Je vais sans doute voir un médecin, il me donnera des médicaments pour éviter cela!J'ai tellement besoin de dormir en ce moment". Merde elle en disait trop, il fallait qu'elle arrête de parler "Comment va Kath"?. Voilà un bon sujet pour arrêter de parler d'elle. Alors oui elle sait qu'il va reparler d'elle, qui va vouloir creuser pour en apprendre plus. Mais, gagné quelques secondes voilà ce qu'elle voulait la gamine
Revenir en haut Aller en bas
@ Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
(Salomé) Un frère est un ami donné par nature
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Perte de données
» [Résolu] Recupération données sur DVD RW
» Perte des données sur XP. Possibilité de récupération ?
» sauvegarder les données GPS
» Donnée POINTEUR de l'etrex Vista HCx

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oh my Cornell ::  :: Ithaca Commons. :: Starbucks-
Sauter vers:  
La deuxième version de OMC a vu le jour le 07/04/2018, nous remercions d’ailleurs ascalon pour son merveilleux travaille. Nous félicitons Malyvn et Eleanor pour leur rang de membre du mois, vous faites partie des vieux faut assumer maintenant. Plusieurs choses ont été mises en place pour la deuxième version, pour voire ça, il suffit de vous rendre ici.